Le Chili à vélo| La Carretera austral

 

Après avoir passé deux mois dans l’Estancia Santa Thelma en Argentine pour notre premier wwoofing, nous avons repris la route le mercredi 22 avril 2015 en direction de la « Carretera Austral », route n°7 au Chili.
Avant de rejoindre celle-ci, nous devons longer le lac « Général Carrera » sur plus de 125 km en partant de la petite ville « Chili Chico ».
Nous mettrons 3 jours à effectuer cette distance sur un chemin très mauvais, avec un vent de face et des pentes à plus de 13%. Il était aussi difficile pour nous de monter que de descendre, car nos freins ne freinaient presque plus, et impossible de prendre de la vitesse sur les tôles ondulées, sous peine de casser du matériel. Ce fut difficile mais la beauté des paysages était juste incroyable.

 

 

 

Nous y sommes enfin ! Sur ce chemin qui nous faisait tant rêver et dont beaucoup de gens nous parlaient. Comme prévu, il n’y a pas de vent, nous sommes au cœur des montagnes et des milliers de cascades d’eau coulent le long de celle-ci. Nous ne transportons jamais plus de 3 litres d’eau sur nous, il y a de l’eau partout . Aussi, se qui rend ce chemin agréable, se sont les animaux qu’on rencontre : chevaux, vaches, lamas, chèvres, moutons, poules, cochons, chiens.
A tient en parlant des chiens, il est arrivé parfois que des chiens nous suivent sur plusieurs kilomètres, ça fait un peu de compagnie.

 

Plus nous avançons sur ce ripio plus nous nous apercevons que Sun notre tandem a besoin d’une bonne vidange. Il y avait déjà nos freins à changer ils étaient totalement HS, on avait seulement les plateaux 1 et 2 et la chaîne une qui passait, notre axe de roue arrière qui commençait à rendre l’âme, quelques rayons de notre roue arrière qui se desserrent, parfois notre chaîne qui relit nos deux pédalier se retire, enfin la totale quoi . Avec tous ces problèmes cela peut émettre des tensions entre nous et nous n’aimons pas ça. Il est parfois préférable de s’arrêter avant le gros clache et ça tombe bien une maison abandonner se trouve à notre gauche, le spot parfait.

 

Ça sera à « Coyhaique » que nous réglerons une grosse partie des problèmes. Nous avons été héberger chez Boris et David qui accueillent tous les voyageurs cyclistes chez eux. Nous avons donc pu laisser Sun dans une boutique pour remplacer l’axe de la roue arrière et acheter des nouveaux patins. Nous repartons de « Coyhaique » sous la pluie avec des freins qui freine… c’est mieux et une roue arrière flambant neuve.
Pendant une semaine nous aurons pédalé sous la pluie avec des pistes totalement dégradées, ou en construction. A quelque endroits l’eau à créé des glissements de terrain, ce qui a entraîné la détérioration des routes.

 

Lors d’une descente, nous avons été bloqué à cause d’un camion, il n’a pas pris assez large pour faire son virage. Après 20 minutes d’attente le camion est parvenu à se libérer en forcent un peu sur barrière de sécurité,c’était assez marrant à voir .

 

Il est temps pour nous de changer nos pneus, ils étaient déjà en mauvais état avant d’entamer la « Carretera Austral » mais là, le faite de rouler sur du mauvais « ripio » (chemin) a considérablement détruit nos pneus. Notre chambre à aires ressortait du pneu par des fentes, ou le pneu en lui-même fessait des bulles d’air, c’était bizzard . Lors d’une descente notre pneu avant a éclaté, ce qui a engendré 17 trous dans notre chambre à aire. Ce jour-là il pleuvait, nous avons cherché un endroit au sec où l’on pourrait coller les rustines et c’est un couple qui nous a accueillis chez eux. Notre stock de rustine est au plus bas, il en reste 5, on espère ne pas crever avec nos nouveaux pneus de route pour nos dernier 100 km sur la « Carretera Austral » .

 

Nous avons dormi dans cette église et au petit matin pneu arrière dégonfler !

 Mercredi 20 mai nous arrivons à « Futaleufu » nous avons parcouru 830 km en 20 jours et avons adoré rouler sur cette route même si parfois c’était difficile. Nous en avons pris plein la vue avec ces paysages montagneux et ces lacs.
Nous sommes maintenant à dix kilomètres de la frontière Argentine et nous en profitons pour faire notre vidéo qui résume notre passage sur la « Carretera Austral » et notre premier Wwoofing en argentine.
Trois jours plus tard nous sortons de la ville, direction la frontière chilienne qui se trouve à 10 km, pour passer en Argentine et pour ensuite remonter jusqu’en Bolivie par la route n°40 et la…grosse surprise ! Elle est en grève depuis jeudi ! Nous étions donc bloqués à la frontière et nous n’avions aucune idée de quand elle sera ouverte… il y avait deux solutions, soit nous attendions son ouverture, soit nous devions retourner 230 km en arrière pour passer à une autre frontière gardée par des policiers (donc ouverte) en stop car nous avions des pneus de route,et nous ne voulions pas perdre de temps à redescendre pour remonter et nous avions la flemme de repasser par la même route !

Frontière pour passer en Argentine ( Futaleufù )

 

Affaire a suivre …

1 comment on “Le Chili à vélo| La Carretera austral”

  1. Cathy Répondre

    Hola chicos

    Alors où en êtes vous?
    Le sud Lipez, le salar, la région c’est top non ?
    Pour être passée plusieurs fois par là sur différentes pistes
    c’est dur pour les organismes mais aussi pour le matos.

    Pour ma part je pense déjà au prochain voyage

    Bises
    cathy

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *